jeudi 30 avril 2015 | By: Dorian Lake

Ecrire en musique: conseils et playlists

J’ai lu un certain nombre de fois que les conditions optimales pour écrire étaient dans le silence le plus complet, sans risque d’être dérangé par le monde extérieur. 

Je suis tout à fait d’accord avec le concept de ne pas être dérangé. Si on vous interrompt ou que vous vous interrompez toutes les deux minutes, il sera difficile voire impossible de faire quoi que ce soit de concret.

Mais le silence, c’est une autre question. Personnellement, écrire en silence m’ennuie et je finis très vite par me faire hanter par la dernière chanson à la mode, que je tapote sur le bord du clavier. Pas terrible donc. Par contre, avoir une playlist faîte pour l’écriture me motive et donne du rythme à mon récit. Il me faut la bonne musique pour la bonne scène en revanche : décrire un paysage matinal en écoutant The Offspring ne vous aidera vraisemblablement pas.

Voilà ci-dessous des playlist que j’ai pu écouter (en boucle) pour écrire les aventures d’Isulka :

L’ambiance de Paris au XIXème :

Ce  n’est pas du tout ce que les gens écoutaient à l’époque, je le conçois, mais j’ai découvert récemment un genre musical qui se prête à mon avis très bien à cette ambiance : le dark cabaret. Ce sont des chansons à voix, amusantes et amères, qui évoquent, tenez-vous bien, l’ambiance des cabarets et, plus généralement, le spectacle populaire de l’époque. Cette playlist, entre autres, m’a beaucoup aidé pour les scènes parisiennes:




Les moments posés :

Un groupe que je ne connaissais pas mais pour lequel j’ai craqué : je cite Bohren & der Club of Gore et il s’agit cette fois de Dark Jazz. Oui, ça fait beaucoup de Dark tout ça et cette fois-ci ça ne sonne pas très XIXème, bien qu’à mon sens ce soit plutôt intemporel.



L’Egypte :

J’ai un certains nombres de chapitres qui se déroulent en Egypte et ce ne sera donc pas une grande surprise que de conseiller de la musique orientale. Au-delà du côté égyptien qui touche mon roman en particulier, si vous placez votre histoire dans une autre culture, écouter la musique de cette culture est incroyablement immersif. Quand j’écoute la playlist ci-dessous, je vois le désert, le Nil et des oasis. Essayez de la musique traditionnelle japonaise, ou espagnole, ou encore russe et tout de suite vous serez dans une autre contrée, à une autre époque.



L’action, le combat, l’épique

Vous avez le choix, il n’y a que ça sur Youtube. La musique classique est aussi utile, tout comme celle de jeux vidéos, qui est de base faîte pour être écoutée en boucle. Pour ma part j’ai beaucoup aimé cette playlist :



Et vous, écrivez-vous en musique ? Si oui qu’écoutez-vous ?


Technique:
Info copyright: Toutes les musiques et images appartiennent aux artistes originaux.
Un lien est mort? Pensez à laisser un commentaire.


Dorian Lake
lundi 27 avril 2015 | By: Dorian Lake

Témoignage sur Mécanismes d'Histoires


Suite à l’invitation ouverte de Marièke sur son blog, Mécanismes d’Histoires, j’ai eu l’occasion de partager mon expérience dans le monde de l'écriture, encore légère certes mais qui je l’espère saura encourager ceux et celles qui hésitent encore à se lancer.

Je ne saurais que vous encourager à visiter ce blog, qui retrace le  vécu d’une jeune auteure de fantasy. Elle écrit aussi bien sur ses projets, sa manière d’écrire, son organisation ou encore les outils à disposition de l’écrivain. 

C’est très bien présenté, intéressant et agréable à lire. Peut-être même pourriez-vous en profiter pour témoigner de votre expérience à votre tour.

Bonne lecture !


Dorian Lake
jeudi 23 avril 2015 | By: Dorian Lake

Isulka La Mageresse: La Pierre d'Isis






Isulka est une mageresse, marginale, un peu vénale mais très endettée, vivotant en donnant des spectacles de magie dans des cabarets parisiens. Scipione est un spadassin vénitien comme on en fait plus, un reliquat du passé exilé de la sérénissime, trahi par ses pairs et en quête de vendetta.

Recrutés par un employeur anglais pour subtiliser une bague soi-disant volée, l’honneur du voleur est bien vite oublié lorsqu’ils découvrent la valeur du joyau. L’appât du gain les mènera de Paris au Caire, entre coups-bas et coupe-gorges,  poursuivis par des espions, des criminels et une inquiétante secte égyptienne…

***

Ambiance et genre

Le roman se déroule dans un XIXème siècle qui se veut historique mais pas trop, à la frontière de plusieurs genres : pulp, aventures, fantastique, historique-fantasy, horreur, cape et épée, gothique… J’ai du mal à le classifier (je ferai un effort pour lui coller une étiquette lorsque je le présenterai à une maison d’édition.)

L’ouvrage est un stand-alone : l’histoire se suffit à elle-même et bien que j’envisage une ou des suites, je ne compte pas faire de trilogie ou avoir une histoire qui coure sur plusieurs livres. Pas de cliffhanger, pas de suite directe, c’est une promesse.

***


Avancement du projet :

J'ai terminé l'écriture et la correction et j'ai d'ores et déjà commencé à soumettre mon manuscrit à des maisons d'éditions.

Selon les retours que j’aurai (je suis un pessimiste de nature), j'envisage de passer par de l’auto-publication, auquel cas je ferai certainement appel à un correcteur professionnel. La mise en page et la promotion suivront et risquent de me prendre un temps fou. Je dispose de plus d'ores et déjà d'une illustration de couverture.


Dorian Lake
lundi 20 avril 2015 | By: Dorian Lake

L'Auteur - Dorian Lake

J’ai toujours aimé raconter des histoires.

Lorsque j’étais gamin, mon rêve était de devenir écrivain. Je me voyais en nouveau Jack London, arpentant l’Alaska sur un traineau tiré par une meute de chien-loups, écrivant le soir dans une petite cabane au bord de la banquise.

Voyez le genre...
Bien sûr, ça ne s’est pas fait. J’ai toujours su qu’un écrivain ne vivait pas de sa plume et le pragmatique l’a emporté sur le romantique. J’ai choisi une carrière dans des grandes entreprises, à faire un travail que je ne saurais qualifier d’intéressant mais qui, en tout cas assure, un certain confort. 

Cela ne m’a pas empêché d’écrire, principalement sur internet, sur des forums où je rédigeais des histoires en collaboration avec des amis virtuels. Par contre, aucune trace de roman. Ce n’est pas faute d’avoir essayé, mais je voyais toujours trop grand, voulant créer des mondes (trop) complexes, dans des histoires (trop) épiques, sur des milliers et des milliers de pages. Cela demande une discipline en béton et je ne suis pas discipliné. Mes ébauches ont fini à la corbeille, effacées, oubliées et jamais elles ne franchiront le seuil d’une mémoire un peu honteuse face à l’horreur que représentaient ces fresques sans queue ni tête.

Le Déclic

C’est début 2015 que j’ai repris l’écriture, sur un coup de tête. Seulement, j’ai décidé de faire une histoire simple et courte, sans prétention, sans fioritures. Une histoire d’aventure classique, teintée de fantasy, sur des héros que je connaissais très bien pour les avoir déjà incarné dans le cadre de jeux de rôle. J’ai écrit la trame, très simple, sur word et je me suis lancé. Et j’ai continué. En trois mois à peine j’ai plus écrit qu’en dix ans.

Ce texte, Isulka la Mageresse, a depuis trouvé le chemin de l’édition, avec une sortie en septembre 2016. J’avais toujours vu l’édition comme la destination d’un voyage, un achèvement et, depuis que j’y suis, je réalise que c’est une fausse représentation. Au contraire, il ne s’agit que du début d’une formidable aventure.
Depuis, j’ai en effet écrit plusieurs nouvelles (dont une sera publiée dans une revue spécialisée), un second tome à mon roman (qui sortira un an plus tard) et même plusieurs épisodes d’un feuilleton littéraire que je diffuse sur Wattpad, une plateforme en ligne. Autant dire qu’après le déclic du premier livre, je me suis montré très productif.

Au-delà de l’écrit, mes textes ont aussi commencé à rencontrer du public et j’ai eu l’occasion de me confronter aux lecteurs et à leurs avis. J’ai aussi fait la rencontre, virtuelle ou non, de beaucoup d’écrivains dont c’était ou non le métier, avec qui les échanges ont été riches et gratifiants. Au final, cette passion m’a totalement pris de cours. Elle ne semble toutefois pas vouée à me quitter de sitôt, si bien que j’ai décidé de m’y consacrer pleinement à partir de 2017.

Qui sait, je finirai peut-être en Alaska, à ce rythme…

Ce blog a pour but de partager mon expérience, à parler de mon ouvrage, à échanger, à enrichir et à partager.

Vous voulez en savoir plus sur mes projets ? C'est par ici !



Dorian Lake