jeudi 16 juillet 2015 | By: Dorian Lake

Les rousses ont la cote en SFFF!

Petit article détente: les rousses dans les littératures de l'imaginaire.

Selon Wikipedia, les roux représentent 4% de la population européenne et c’est en Écosse (surprise !) qu’il y a le plus de roux : 13% environ. C’est donc, vous en conviendrez, peu. C’est d’ailleurs certainement parce que ces chiffres sont bas que la rousseur a été ostracisé et l’est encore aujourd’hui.

Cette différence cosmétique a ainsi longtemps été liée au diable et à la sorcellerie, ce qui est également le cas des gauchers. Il n’y a qu’à voir encore aujourd’hui dans les cours de récréation le traitement réservé aux petits qui ont le malheur d’avoir les cheveux de cette couleur ou quelques taches de rousseur.

Mais si dans la vraie vie cela doit être compliqué d’être rousse ou roux, dans le milieu de la SFFF (Science-Fiction / Fantasy / Fantastique) les rousses sont à l’honneur. Nous ne sommes plus du tout dans les 4%, laissez-moi vous le dire. Nous serions même plus proche du 33%, à mon humble avis. J’ai bien dit les rousses, car les roux m’apparaissent bien en retrait, surtout dans la peau de héros.

Je ne sais d’où vient cette popularité de la rousseur dans les littératures de l’imaginaire. C’est peut-être la résurgence du paganisme new-age. J’en fais d’ailleurs également partie, mon héroïne étant une rouquine, comme tant d’héroïnes de nos jours. Et en plus elle fait de la magie, aïe. Et en plus elle est belle, aïe aïe. Cliché quand tu nous tiens…

Pour tout dire, j’en suis presque venu à placer LA grande révélation, dans 2 ou 3 tomes, qu’elle serait une blonde naturelle qui se teint les cheveux pour faire mode. Et pourquoi pas ?

Petit tour d’horizon :


Game of thrones propose tout de même trois rousses!

Triss Merigold, de la saga du sorceleur, bien sûr!


Socha, l'héroïne d'une série de bouquins récente.


Dans nos comics books, et encore, voici un petit classement des rouquines. Et encore ils en oublient beaucoup.


Même Disney s'en mêle, mais admettons, c'est en Écosse.


Mara Jade, l'épouse de Luke Skywalker, si tant est qu'elle survive à la disparition de l'Univers Étendu.


La conquête est en marche !


Crédits: Toutes les images appartiennent à leurs créateurs.

6 commentaires:

Marièke Poulat a dit…

Dans Harry Potter, grâce aux Weasley, tu exploses même tous les compteurs :) (garçons et filles confondues pour le coup) C'est vrai que la question est intéressante à poser. Et en y réfléchissant, c'est la même chose avec les yeux bleus qui sont surreprésentés en fiction, en général. Ça doit être l'attrait de la différence ou le fantasme de l'auteur :)

Dorian Lake a dit…

Un attrait de la différence, c'est vrai, mais qui reste sélectif et limité à certaines différences.

Jeanne Sélène a dit…

Voilà qui me donne envie de caser un "beau-mâle-roux" dans une prochaine histoire, ça changera sans changer ! ;)

Dorian Lake a dit…

Très bonne idée Jeanne, un peu de parité que diable!

Akemi Kyosuke a dit…

Mdr, j'ai aussi une héroïne rousse et je me suis "forcée" à transférer cette particularité à un personnage masculin dans une autre histoire parce que je voulais garder cette "particularité" quand-même. Mais c'est vrai qu'on y pense pas vraiment. C'est rigolo que tu aies eu envie de parler de ça ^^

Dorian Lake a dit…

Je me suis vraiment rendu compte à quel point c'était le cas après avoir crée Isulka. Une fois mon roman fini, j'ai vu toutes les têtes rousses un peu partout et je me suis dit que mince, finalement, c'était peut-être pas l'idée nouvelle du siècle...

Enregistrer un commentaire