dimanche 15 octobre 2017 | By: Dorian Lake

Blade Runner 2049 - Les IA domestiques rêvent-elles de moutons électriques ?

Comme tous les amateurs de Science-Fiction, le film Blade Runner m’a toujours fasciné, par son ambiance néo-noir, son esthétique incroyable, sa musique fascinante et ses questionnements sur le cœur de l’humanité. Je me souviendrai toujours de la scène finale et de l’affrontement, avant tout métaphysique, entre Deckard, joué par Harrison Ford, et Roy, incarné par Rutger Hauer. C’est un chef d’œuvre, l’un des très rares films qui vont, à mon sens, au-delà du livre dont ils sont tirés.

Ainsi Denis Villeneuve, que j’ai découvert avec Premier Contact, film bon mais imparfait, avait une sacrée pression. Égaler Ridley Scott (à l’époque où le réalisateur faisait du cinéma j’entends) n’est pas mince affaire. L’équipe du premier film n’était pas bien loin cependant, entre Harrison Ford et Hampton Fancher, le scénariste qui a repris du service. Comme on sait à quel point l’écriture d’un film est vitale, le voir au scénario a toute son importance.

Résultat ?


Et bien je dois avouer que ce Blade Runner 2049 est un petit joyau. Pourtant ça commençait fraîchement : la scène d’ouverture est en effet plutôt faible visuellement, en comparaison du premier film qui nous plongeait directement dans son monde urbain, mais elle est utile pour le scenario et nous laisse un répit avant de découvrir le Los Angeles de Villeneuve, une ville tentaculaire et aux multiples verticalités, que nous verrons longuement dans le film. Car oui, c’est l’une des forces de ce film, les visuels sont absolument magnifiques, des œuvres d’art dynamiques, qui flattent l’œil et ouvrent l’esprit par leur grandeur et leurs détails. Je ne me souviens pas avoir déjà autant apprécier un film visuellement. Ce travail magistral se mêle à merveille avec le rythme lent du film, nous laissant vraiment le temps de nous perdre dans ce futur noir et attirant à la fois.

Couplés à une bande son excellente et dans l’esprit du premier film, mais avec une touche de modernisme et une personnalité propre, les seuls visuels valent le déplacement dans une salle obscure. En fait, le film aurait pu être mal joué et mal écrit qu’on aurait tout de même pu l’apprécier d’un point de vue esthétique.

N'est-ce pas une vue splendide ? Le film est aussi beau...
Mais la coquille n’est pas vide. L’intrigue tout d’abord, se tient plutôt bien. Il y a quelques raccourcis, mais l’enquête se suit avec plaisir, dans un rythme lent, comme je l’ai dit, qui permet aux éléments de se mettre naturellement en place, tout en proposant des cadres grandioses et très variés. Chacun a une personnalité propre, une ambiance particulière et travaillée, si bien que l’on apprécie vraiment les scènes d’exposition. Pour revenir sur l’enquête, elle n’est pas la plus complexe ou travaillée du monde du cinéma, mais elle suffit amplement et parvient à garder l’intérêt entier.

Les personnages soufflent le chaud et le tiède, quant à eux. Ainsi, le milliardaire incarné par Jared Leto manque cruellement de caractérisation et paraît assez archétypal, même s’il est bien joué. À l’inverse, le héros, K, joué par Ryan Gosling que pourtant je n’apprécie guère, s’en sort très bien. La complexité de son personnage interpelle et Ryan l’incarne avec justesse, surtout pendant les moments de révélations. Mention spéciale pour Joi, une IA uniquement virtuelle, sorte d’Amazon Home perfectionnée, qui crée chez le spectateur une grande empathie. On ne sait jamais s’il s’agit d’un produit ou d’une personne, et pourtant on s’attache à elle et on lui prête facilement des sentiments. On veut qu’elle ressente et qu’elle soit vraie, on veut y croire, que ce soit la réalité ou une illusion. Les questions que soulèvent ce personnage sont donc passionnantes et, au final, c’est Joi qui répond le plus en profondeur au thème de l’univers : les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? Bref, je ne m’attendais pas du tout à cela et elle apporte bien plus que les méchants, trop stéréotypés.



Malgré toutes les qualités énoncées, il nous manque malheureusement quelque chose, en comparaison du premier film, cette force métaphysique sur le sens de l’humanité. Visuellement ce Blade Runner 2049 est parfait, l’intrigue se tient, mais nous n’avons pas de Roy. Les méchants n’apportent rien au propos, se contentant de faire réagir les personnages et de les pousser à se connaître. Ils incarnent uniquement l’opposition. C’est intéressant, certes, mais le conflit existentiel est absent, ou en tout cas moins présent. Le film a une âme, c’est déjà beaucoup, mais il ne va pas aussi loin que le premier. Cela le rend peut-être plus accessible par ailleurs, et c’est une bonne chose. Et puis, il ne fait pas redite, c’est aussi suffisamment rare pour être noté.

Pour conclure, il s’agit d’une œuvre magistrale, visuellement somptueuse, lente mais dans le bon sens. Encore une fois, mention pour Joi, un personnage vraiment réussi et qui intéresserait certainement Turing. Mais la poésie sombre, la puissance thématique du premier s’échappe un peu. Tant pis, personne ne devrait se priver de ses œuvres en dépit de cela, car la barre était haute. Villeneuve a réussi son pari et, s’il n’égale pas le premier film de Scott, il s’agit d’une suite excellente que Ridley n’aurait jamais pu faire lui-même.


Allez le voir, si ce n’est déjà fait.

2 commentaires:

Escrocgriffe a dit…

C'est que Scott est clairement dépassé, surtout depuis sa période Prometheus/Alien Convenant. Si on lui avait confié ce projet, il aurait forcément déçu les fans du premier volet... Je pense qu'on ne pouvait pas faire mieux que cette suite... ce qui est déjà un exploit ! :)

Dorian Lake a dit…

@ Escrocgriffe : je dirais même qu'on ne lui demandait pas tant. C'est vraiment du beau boulot.

Enregistrer un commentaire