samedi 8 août 2015 | By: Dorian Lake

Extrait - La Chute de Canniba - Episode I - Dorian Lake


[NB- Suite aux retours encourageants que j'ai reçus, j'ai décidé de retirer la suite de la Chute de Canniva de mon blog pour proposer la nouvelle à des maisons d'éditions spécialisées. Merci à ceux qui l'ont lue!]


La galère stellaire Xenophon jaillit hors de l’hyper-espace, accompagnée de toute la flotte romaine.

Les tambours de guerre cessèrent leur rythme infernal et près de cent-mille rameurs, mille par étage de cette centirème titanesque, stoppèrent leurs mouvements. Les muscles de chair et d’acier de Thercée étaient au bord de la déchirure, comme à chaque fois qu’il fallait traverser l’hyper-espace. Contrairement à d’autres pseudo-civilisations, Rome avait gardé l’humain au centre de la technologie et c’est par la sueur, l’effort et la virilité que les turbines stellaires courbaient l’espace et permettaient le voyage intergalactique.

Mais la douleur du voyage n’était rien comparée à celle de la bataille, où il lui faudrait donner un effort constant et intense, au rythme imposé par les tambours. Thercée ne s’en plaignait pas. Thercée était fier d’avoir été choisi parmi les millions de prétendants pour servir dans les armées du Praetor Maximus Sexus Carnallus. Mais surtout il était sous les ordres de l’Amirale noire Canniba, l’une des plus féroces et respectées générales de Rome.

Canniba s’exprima, son message non pas relayée par la technologie mais par la voix de mille crieurs, dix par étage. C’était sans compter les crieurs des mille quadragintirèmes, galères de quarante étages et quarante mille hommes, qui occupaient le reste de la flotte de la Magna Republica :

« Soldats aux ordres de Rome la magnifique ! Nous avons traversé les galaxies et avons atteint Hispania, où le traitre Sertorius se terre. Nous réduirons sa fausse république et son faux sénat en cendres. Nous déchirerons ses armées. Nous stériliserons ses planètes. Ceux qui le servent plieront l’échine sous la colère de Rome. Nous paverons la route jusqu’au sénat de leurs corps crucifiés ! Rendez-moi fière, soldats de Rome ! »

Pour réponse, cent mille hommes hurlèrent « Gloire à Rome !» de leurs poumons améliorés, leurs cris de guerre propres à faire plier leurs ennemis à travers l’espace. Thercée se martelait le cœur de ses poings puissants, fier comme jamais d’être romain. Les tambours de guerre reprirent, annonçant la flotte ennemie qui se rapprochait.

Thercée but le vin de Mars. Ses muscles saillants se bandèrent, manquant de rompre le cuir composite de son armure. Ses veines se gonflèrent, du sang fortifié s’y écoulant avec la force d’un torrent diluvien. Il saisit sa rame stellaire et ses mains puissantes laissèrent des marques dans le bois d’If séculaire. Avec ses frères de guerre, Thercée mit la galère en branle pour la gigantesque bataille spatiale qui allait sceller le destin de la République d’Hispania.

à suivre
Dorian Lake

4 commentaires:

Escrocgriffe a dit…

Terrible, tu as un imaginaire encore plus barré que le mien :D Si ce n’est pas déjà fait, il faut que tu lises « les Dividendes de l’Apocalypse », ça va te plaire.
http://www.stephane-desienne.com/17/les-dividendes-de-apocalypse.html

Dorian Lake a dit…

Merci pour le commentaire! J'avoue que le 4ème de couverture donne sacrément envie. Je le note et l'ajoute dans ma PAL de ce pas.

Akemi Kyosuke a dit…

C'est complètement dément d'imaginer un voyage inter galactique à la main ! Incroyable ! Effectivement, les muscles peuvent se bander et les veines saillirent... Tout est bien décrit. C'est très sympa.

Dorian Lake a dit…

Merci pour ton retour ! Laisser tomber la raison et le bon goût littéraire le temps d'un écrit, au final ça peut payer.

Enregistrer un commentaire